Des gens très bien - Alexandre Jardin

Publié le par librairies-renaissance.over-blog.com

 

clip_image002-copie-8.jpg

 

 

J'ai rencontré récemment Alexandre Jardin à Paris. Nous avons discuté et échangé, entre autres, sur la révolution. J’ai envie de partager avec vous cette lecture Des gens très bien, que l’on m’avait conseillée la veille lors d’un dîner parisien. Le lendemain, j’étais nez à nez avec lui sur le stand Grasset au Salon du Livre de Paris. Notre rencontre et la sensibilité de l’auteur m’ont touchées au point de commencer ma lecture Des gens très bien dans la nuit…

 

Ce livre a suscité une vive polémique en France lors de sa sortie. L’auteur de Fanfan change radicalement de registre. En effet, Alexandre Jardin ose ouvrir la boîte de Pandore et les sujets de famille tabous qui font grincer des dents. Alexandre est en désaccord avec sa famille à ce sujet. Il s’attarde dans le grenier des souvenirs qu’il vaudrait mieux taire à jamais et dont personne ne pourrait être fier. C’est à 17 ans qu’il comprend l’importance du rôle joué par son grand-père dans la rafle des juifs parisiens pendant l’été 1942. Car il ne faut pas oublier que Jean Jardin, le grand-père, était aussi et surtout directeur du cabinet de Pierre Laval durant le régime de Vichy. Jean Jardin, dit le « Nain jaune » était à son poste lors de cette rafle qui a coûté la vie à 12 844 personnes, dont 4 051 enfants.


Le premier amour d’Alexandre fut une jeune femme juive… Serait-ce une façon pour lui de se faire pardonner ?

 

Alexandre Jardin ne prend pas de gants. Ce roman est une confession douloureuse et grave et je vous laisse, à vous lecteurs, le soin de juger de la difficulté de porter un secret aussi lourd que celui-ci. Car il faut bien plus que du courage pour écrire ce genre de livre et déterrer des événements historiques que l’on voudrait oublier à tout prix.

Alexandre m’a avoué que des lecteurs lui avaient écrit car son livre les avait aidé à gérer des histoires de familles compliquées. Il est très difficile de sentir que l’ont doit payer pour les fautes de ses parents et de sa famille à travers les générations. Difficile d’écrire sur ce livre sans être touchée par la sincérité de l’auteur, surtout quand celui-ci vous en parle les yeux qui brillent d’émotion.

 

Nourhane NABIL

La Sélection littéraire de Nourhane - Scribe n° 146


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article